logo logo

Acariens

 

Les acariens font partie des allergènes communément appelés « poussière de maison ».

Ce sont des araignées microscopiques se trouvant partout dans les habitations, mais surtout dans les matelas et la literie. Ils aiment les endroits chauds et humides et se nourrissent de squames humaines.

Ce ne sont pas les acariens eux-mêmes qui nous rendent allergiques, mais les protéines contenues dans leurs déchets. Ces allergènes sont responsables de nombreux asthmes et rhino-sinusites chroniques.

Hormis les acariens de stockage (entrepôts), les acariens susceptibles de déclencher des allergies sous nos latitudes, sont surtout les acariens de type « Dermatophagoides Pteronyssinus » et « Dermatophagoides Farinae »,  trouvés dans les logements (matelas coussins, tapis). Ils sont également véhiculés par les animaux domestiques à poils.

En raison de l’isolation des bâtiments et du chauffage, la chaleur et l’humidité sont relativement constants toute l’année dans les appartements. En conséquence, le taux d’acariens est permanent dans les logements et ne varie pas avec les saisons.

Les acariens provoquent essentiellement des rhino-sinusites et des asthmes chroniques, gênants toute l’année avec aggravation nocturne.

Ils ne provoquent pas de conjonctivites, l’exposition étant principalement dans le lit, la nuit,  les yeux fermés.

A noter qu’il y a un lien entre l’allergie aux acariens et la gravité de la dermatite atopique ou l’eczéma.

En cas d’allergie déjà présente

  • mettre une housse anti-acariens autour du matelas
  • laver le duvet et les coussins synthétiques à 60°C tous les 2 mois
  • étendre duvets et oreillers (voire le matelas) au soleil ou au froid aussi souvent que possible
  • enlever la moquette dans les chambres à coucher (privilégier le parquet)
  • strictement interdire l’accès des animaux domestiques à poils aux chambres à coucher

Pour éviter la prolifération de ces allergènes

  • pas d’humidificateur : les acariens aiment l’humidité
  • pas trop de chaleur, et bien aérer la chambre même en hiver
  • éliminer les nids de poussière : espacer le lit du mur par exemple, pour pouvoir aspirer complètement
  • éviter d’adopter un animal à poils (chat, chien, lapin, etc.) car ils sont porteurs d’acariens
Le travail de l’allergologue consiste à déterminer quels sont les éléments dans l’environnement des patients provoquant une gêne ou des symptômes d’allergie.La consultation spécialisée chez l’allergologue permet de poser le diagnostic de l’allergie aux acariens grâce à :
  1. Anamnèse des symptômes chroniques
  2. Tests cutanés ou prick-tests (standardisés et très fiables), éventuellement des IDR (intra-dermo-réactions)
  3. Dosage des IgE spécifiques (prise de sang)
  4. Spirométrie (pour déterminer la possible présence d’un asthme

Le médecin allergologue donnera les conseils nécessaires (éviction de l’allergène, assainissement de l’environnement) et proposera un traitement de l’allergie adapté aux symptômes. 
  • Une éviction de l’allergène est indispensable
  • Traitement médicamenteux : divers médicaments permettent de contrôler l’asthme et la rhinite (pincipalement des anti-histaminiques, des broncho-dilatateurs et des corticoïdes)
  • Traitement curatif : Lorsque la gêne est très importante, qu’il y a inflammation des muqueuses et donc gêne respiratoire, la désensibilisation est la seule façon de traiter définitivement l’allergie aux acariens

 

bottom