logo logo

Chat

Allergie aux chats

Qu’est-ce qui est allergisant chez le chat ?

L’allergène du chat (Fel d 1) est un allergène puissant et ubiquitaire (se trouvant partout), très volatile et poisseux. Il se trouve sur les poils du chat ainsi que dans sa salive. Comme les animaux se lèchent, les poils sont collants et adhèrent contre les murs, les meubles et les tapis. Ils s’incrustent pendant des mois.

La présence d’un chat dans un immeuble suffit pour diffuser l’allergène dans tous les appartements. Bien entendu, la quantité d’allergène augmente nettement en dessus du seuil allergénique lorsqu’il y a un chat dans votre domicile.

Si l’on retire un chat d’un appartement, l’allergène persistera dans les locaux en quantités conséquentes pendant environ 6 mois.Les enfants peuvent présenter des symptômes lors du contact avec leurs petits camarades ayant eux-même des poils de chats sur leurs habits.

Le chat peut provoquer des rhinites, des conjonctivites et de l’asthme, mais aussi de l’urticaire de contact. Ces symptômes sont soit aigus soit chroniques.

Symptômes aigus : apparaissent dès le contact avec l’animal ou lorsque le patient se trouve dans un endroit où il y a eu un chat récemment

Symptômes chroniques  : également très fréquents et se manifestent lors d’une plus longue exposition

Pour les sujets fortement allergiques, les symptômes chroniques peuvent apparaître avec une petite quantité d’allergène, même s’ils n’ont pas de chat à domicile (ubiquité de l’allergène).

Il faut préciser que parfois les patients s’habituent à la chronicité des symptômes et ne plus les ressentir comme étant aussi gênants.

Le travail de l’allergologue consiste à déterminer quels sont les éléments dans l’environnement des patients provoquant une gêne ou des symptômes d’allergie.La consultation spécialisée chez l’allergologue permet de poser le diagnostic de l’allergie aux poils de chats grâce à :

  1. Anamnèse des symptômes chroniques
  2. Tests cutanés ou prick-tests (standardisés et très fiables), éventuellement des IDR (intra-dermo-réactions)
  3. Dosage des IgE spécifiques (prise de sang)
  4. Spirométrie (pour déterminer la possible présence d’un asthme)

 Le médecin allergologue donnera les conseils nécessaires (éviction de l’allergène, assainissement de l’environnement) et proposera un traitement de l’allergie adapté aux symptômes.

 La première ligne de traitement est léviction de l’allergène  : éviter les chats, ne pas s’en approcher, les toucher, ne pas les laisser pénétrer dans la maison, etc.

Évidemment ceci n’est pas toujours facile ni même désiré, si le chat est votre animal domestique depuis de nombreuses années et que vous y êtes attaché.

 Traitement médicamenteux: des médicaments peuvent être donnés selon la gravité des symptômes. L’asthme est un symptôme grave qui doit être dépisté et traité en conséquence.

    • Pour les symptômes aigus occasionnels (par exemple enfant allergique en visite chez ses grands-parents qui ont un chat), un traitement quelques minutes avant l’exposition ou pendant l’exposition, est généralement suffisant (anti-histaminiques topiques ou systémiques, bronchodilatateur de courte durée d’action).
    • Pour les symptômes chroniques, un traitement de fond de l’asthme, de la rhino-sinusite et de la conjonctivite est indispensable.

 Traitement curatif : désensibilisation (vaccination allergénique). S’avère souvent nécessaire en raison des difficultés pour pratiquer une éviction correcte (chat à domicile ou chez les voisins).

bottom