logo logo

Mars 2018

QUELS POLLENS EN CE MOMENT ?

  • Février et Mars sont restés très froids, avec de la bise glaciale, ce qui limite l’envol des pollens et atténue leur concentration. Les pollens de noisetier et d’aulne sont encore trop modérés actuellement sur la région lémanique pour provoquer de la gêne.
  • La forte pollinisation des arbres attendra donc le retour de la douceur : arbres précoces (noisetier, aulne) probablement fin mars, arbres tardifs (frêne, bouleau) en avril, puis les graminées et céréales en juin.
  • Sachez toutefois éviter les pollens dans votre domicile ! En effet, printemps oblige, de nombreux bouquets de fleurs contiennent des branches de noisetiers ou de saule, dont les chatons libèrent énormément de pollens à l’intérieur de votre maison et peuvent provoquer des crises de rhume des foins.

SI VOUS AVEZ DES TROUBLES RESPIRATOIRES

  • Il y a en ce moment de nombreux rhumes, rhino-sinusites et bronchites d’origine virale, qu’il faudra prendre soin de traiter séparément de vos allergies. Votre généraliste pourra vous prescrire des médicaments pour vous aider à mieux respirer.
  • Si vous soupçonnez une cause allergique, vu qu’il n’y a pas encore beaucoup de pollens dans l’air, il s’agit sans doute d’une allergie aux acariens ou aux animaux domestiques, donc des allergènes ubiquitaires, quasiment impossibles à éviter. Sachez que le chauffage, les fenêtres fermées, augmentent la gêne en cas d’allergie au chat, au chien ou aux acariens. Consultez rapidement votre allergologue pour voir rapidement baisser vos symptômes

DATES IMPORTANTES

Du 9 mars au 9 avril 2018 : fermeture de la clinique d’allergologie du Dr Nicolas Roux

Du 8 au 18 mars 2018 : Salon de l’Automobile à Palexpo

QUE PEUT-ON FAIRE CONTRE LES ALLERGENES PERANNUELS ?

  • Acariens : naturellement présents partout, la seule solution est de limiter votre exposition prolongée, par la mise en place d’une housse anti-acariens autour du matelas, de bien aérer votre domicile et votre literie (même en plein hiver), éviter moquettes et humidificateurs + interdire l’accès des animaux domestiques à poils dans les chambres à coucher.
  • Chat : La présence d’un seul chat dans un immeuble suffit pour diffuser l’allergène dans tous les appartements. Bien entendu, la quantité d’allergène augmente nettement en-dessus du seuil allergénique lorsqu’il y a un chat dans votre domicile. Conseils pour ceux qui n’ont pas de chat mais qui habitent en immeuble : évitez à tout prix que le chat des voisins rentre chez vous, aérez régulièrement votre domicile, lavez-vous les mains si vous devez toucher un chat, et prenez un anti-histaminique ou broncho-dilatateur en cas de crise.
  • Chien, Hamster, lapin, autres animaux domestiques à poils : Comme avec le chat, le pourcentage d’allergène est décuplé dans votre domicile si l’animal habite avec vous. Par contre, ces allergènes ne se diffusent pas dans les domiciles voisins, donc tant que vous n’entrez pas en contact direct avec ces animaux (même si vos voisins en possèdent), vous ne devriez pas trop en souffrir. Prenez les mêmes précautions que pour le chat, en cas de contact occasionnel.
  • Lorsqu’aucune mesure d’éviction ne suffit, vous pouvez avoir recours à des anti-histaminiques, et si la gêne est trop importante, il faudra envisager une désensibilisation (vaccination allergénique) pour traiter efficacement vos symptômes.
bottom

Comments are closed.

bottom