logo logo

Septembre 2019

EN CE MOMENT DANS L’AIR

Il ne reste presque plus aucun pollen allergisant dans l’air à Genève

  • Aucune trace des pollens suivants : aulne, blé, bouleau, chêne, charme, châtaignier, dent de lion, frêne, hêtre, noisetier, orge, orme, peuplier, platane, saule, seigle, tilleul
  • très faibles concentrations de pollens d’ambroisie, d’armoise,  de plantain et d’oseille.

COMMENT AVEZ-VOUS PASSE CET ÉTÉ ?

Avez-vous noté une diminution ou une augmentation de vos symptômes ? Sont-ils devenus chroniques ? Si vous êtes partis en vacances, cela a-t’il influencé vos symptômes ? De manière générale, les pollens sont moins présents en montagne ou en bord de mer qu’en ville et campagne.

Si les pollens vous ont gêné, c’est le moment de mettre en place un traitement correct de votre rhume des foins, de votre asthme, de vos conjonctivites et éternuements du printemps. Si vous attendez trop longtemps, nous ne pourrons pas vous traiter préventivement avant les prochains pollens, qui arrivent déjà fin janvier… pensez-y.

ATTENTION AUX PIQÛRES DE GUÊPES ! C’EST LA SAISON

C’est surtout à la fin de l’été et en automne que les guêpes sont les plus agressives et que le nombre de piqûres augmente fortement. Contrairement aux abeilles, les guêpes conservent leur aiguillon après la piqûre et peuvent donc piquer plusieurs fois. Les frelons sont plus grands et appartiennent au même genre que les guêpes. 

Si vous êtes allergique, prenez partout avec vous votre kit d’urgence (adrénaline auto-injectable).

COMMENT EVITER LES GUÊPES ?

  • Une guêpe est rarement seule. Éviter la proximité des nids de guêpe (au niveau du sol, dans les branches pourries et les troncs d’arbre creux, les caissons de volets ou dans la chape)
  • Les guêpes construisent leur nid au niveau du sol: ne jamais pénétrer pieds nus dans une prairie ou lisière de bois. Regardez où vous mettez vos pieds même dans votre jardin ! Le mieux étant de toujours porter des sandales, bien sûr.
  • Ne pas agiter les bras en tous sens, faire de mouvements brusques : si un insecte s’approche, il risque plus d’attaquer
  • Éviter de manger à l’extérieur, fermez hermétiquement vos poubelles, ne pas laisser des restes d’aliment à découvert
  • A l’extérieur, évitez de boire des sodas sucrés ou de la bière directement à la bouteille ou la canette (une guêpe peut y avoir pénétré)
  • Évitez les parfums trop forts et trop sucrés (y compris dans la laque pour cheveux, crème solaire, shampoings), ainsi que les couleurs trop vives.
  • Placer des moustiquaires, surtout dans les chambres à coucher
  • Toujours rouler à moto avec gants et casque fermé; pensez à garder la bouche fermée à vélo
  • Le soir, si vous allumez à l’intérieur, fermez bien fenêtres et portes
  • Si un insecte pénètre dans votre domicile, éteignez toutes les lumières et allumez à l’extérieur, il ressortira très vite
  • En cas de nid de guêpes à proximité directe de votre habitation ou de votre lieu de travail: informez les pompiers ou contactez une entreprise spécialisée.
  • Evitez de toucher les insectes qui se désaltèrent ou se reposent vers votre piscine ou au bord du lac. Ne cherchez pas à les repêcher à la main pour les sauver de la noyade ! L’insecte, paniqué, vous piquerait par réflexe

VOUS AVEZ ÉTÉ PIQUÉ  QUE FAIRE ?

Symptômes normaux (non dangereux) : Une réaction locale douloureuse est inévitable. La rougeur, le gonflement (pouvant aller jusqu’à 10 cm) et les démangeaisons disparaissent entre quelques heures et deux jours. Retirez le dard s’il y en a un (abeille). Un antihistaminique permettra de diminuer la gêne, de même que l’application de froid et la prise d’un antalgique léger (paracétamol). Tant que la réaction reste localisée, il n’y a normalement pas de danger.

Même si vous avez déjà été piqué dans le passé sans effet secondaire notable, une allergie peut se développer à tout moment. Le risque augmente après des piqûres répétées sur une courte période. Dans notre pays, 3 à 4 décès surviennent tous les ans après une piqûre d’insecte. Il est donc très important de bien surveiller la personne qui a été piquée, et ne pas hésiter à aller aux urgences si les symptômes augmentent au lieu de rester locaux.

Symptômes d’allergie (dangereux) : Si des rougeurs, démangeaisons ou urticaire se développent sur d’autres parties du corps, ou encore si la personne souffre d’étourdissements, vomissements ou essoufflement, il s’agit d’une réaction allergique, et il faut se méfier d’un choc anaphylactique (risque mortel : perte de conscience, arrêt cardio-respiratoire). Dans ce cas il faut injecter de l’adrénaline (Epipen), prendre un comprimé d’antihistaminique et de cortisone, puis appeler les urgences (Suisse 144, Europe 112). Si vous n’avez pas ces médicaments sous la main, appelez les urgences immédiatement.

En cas de piqûre dans la bouche ou gorge, même si la personne n’est pas allergique aux venins, il est conseillé de sucer un glaçon et d’appeler un médecin immédiatement. En raison de la localisation de la piqûre, le gonflement local risque de gêner la respiration.

SOIGNER L’ALLERGIE AUX HYMÉNOPTÈRES

Si vous avez déjà eu une fois une réaction allergique à une piqûre d’insecte, vous devez être informé du danger de toute nouvelle piqûre (réaction de plus en plus forte). Il est impératif de consulter un médecin,  qui vous prescrira un kit d’urgence (adrénaline, antihistaminiques, cortisone) et un passeport d’allergie. Vous devrez conserver ce kit avec vous tout le temps car en cas de nouvelle piqûre ces médicaments doivent être administrés immédiatement, c’est impératif pour éviter le choc anaphylactique qui peut être mortel.

Etant donné qu’une piqûre est possible à tout moment et qu’il s’agit d’un pronostic vital, votre médecin vous convaincra également de suivre un traitement (désensibilisation) qui seul peut soigner efficacement votre allergie.

bottom

Comments are closed.

bottom