logo logo

Urticaire angiodème

Urticaire angiodème

Description de l’urticaire angiodème

Urticaire : lésions maculo-papuleuses, prurigineuses (derme superficiel).

Angio-œdème  : tuméfaction due à une vaso-dilatation cutanée.

Ces deux lésions peuvent survenir seules ou ensemble. Elles se produisent lors de la libération d’histamine par les mastocytes (dégranulation). Elles sont dues à une instabilité du système immunitaire cutané, devenu hyper-réactif.

Les lésions surviennent brusquement et disparaissent sans laisser de traces.

On distingue deux types de réactions : aigues ou chroniques

  • urticaire et/ou angio-oedème aigus : ce sont des lésions aiguës, dont les causes sont diverses. Elles apparaissent et disparaissent très rapidement, sans laisser de cicatrices.
  • urticaire et/ou angio-oedème chroniques : l’on parle de chronicité lorsque les lésions apparaissent plusieurs fois par semaine pendant au minimum six semaines. En raison des étiologies variées et nombreuses, un bilan général de santé est toujours nécessaire.

Etiologie de l’urticaire angiodème

  • urticaire et/ou angio-oedème aigus : aliments, piqûres d’hyménoptères, le contact avec certaines substances, la prise de médicaments. Dans ces cas, il s’agit d’une réaction allergique de type immédiate, pouvant être généralisée et grave (anaphylaxie). Les lésions peuvent être favorisées par une infection virale, bien que le lien de cause à effet ne soit pas toujours clairement démontré.
  • urticaire et/ou angio-oedème chroniques :
    • Près de 90 % des urticaires angio-œdèmes chroniques sont dits “idiopathiques” (= sans pathologie générale sous-jacente).
    • 8 % sont dus à une cause dite “physique” : dermographisme (grattage), froid, chaud, pression, cholinergique, vibrations. Dans ces cas, les sujets développent des lésions lorsqu’ils sont exposés à des stimuli physiques.
    • 2 % des cas sont dus ou associés statistiquement à des étiologies variées, comprenant essentiellement les maladies auto-immunes, certaines thyroïdites auto-immunes, déficit immunitaire (complément), les infections chroniques, les parasites, la colonisation gastrique par l’Hélicobacter pylori, les néoplasies, ainsi que toute une liste de maladies rares. Lorsque les plaques d’urticaire sont fixes et ne bougent pas, il faut suspecter une vasculite ou une maladie auto-immune.
    • certains aliments et médicaments sont histamino-libérateurs (poissons, fromages, etc.) et tendent à provoquer ou faciliter l’apparition des lésions chez les patients sensibles.

Traitement de l’urticaire angiodème

  • Lors de réactions anaphylactiques, le traitement d’urgence sera dirigé contre l’anaphylaxie (adrénaline). En présence de symptômes respiratoires ou cardiologiques, une hospitalisation est nécessaire
  • Pour les autres réactions, l’on utilise les anti-histaminiques (comprimés ou intraveineux) et en cas d’angio-œdème gênant, éventuellement des corticoïdes (comprimés ou intraveineux)
  • Bien entendu, l’éviction de l’allergène incriminé (aliment, médicament, hyménoptère, etc.) est indispensable

urticaire géante

angio-oedème des yeux

   

bottom

Comments are closed.

bottom